Christophe Bonnal : « Il est impossible de prévoir où tombera la station chinoise »

La station chinoise retombe début 2018. Christophe Bonnal nous détaille comment. © Cnes/DR
La Chine a annoncé fin 2016 qu’elle avait perdu le contrôle de sa station spatiale Tiangong-1. Selon Christophe Bonnal, expert senior à la direction des lanceurs du Cnes, elle devrait tomber sur Terre entre fin février et fin mars 2018. Mais nul ne sait où.
 

Elle n’était plus visitée depuis des années, mais restait l’un des symboles de l’exploration humaine de l’espace par la Chine. Lancée le 29 septembre 2011 depuis le désert de Gobi, la première station spatiale chinoise Tiangong-1 (« Palais céleste ») avait reçu la visite de deux équipages en 2012 et 2013, dont celle de la première taïkonaute Liu Yang (vidéo de la mission Shenzou 9).

Depuis sa perte de contrôle en mars 2016, annoncée par Pékin en septembre de la même année, Tiangong-1 n’est cependant plus qu’un débris spatial un peu plus gros qu’un autre. Un engin de 10 mètres par 3 et de plus de 8 tonnes dont la chute est inévitable. À quoi donc doit-on s’attendre ? Éclaircissements de Christophe Bonnal, expert senior à la direction des lanceurs...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Ralph Nye, sauveur de lunettes historiques au Lowell Observatory

    L’observatoire Lowell, en Arizona, possède plusieurs télescopes qui ont marqué l’histoire de l’astronomie : la lunette avec laquelle Lowell cherchait des canaux sur Mars, celle qui a permis de débusquer Pluton… Mais, avec le temps, ces instruments et d’autres étaient menacés de disparition. Ralph Nye, au Lowell Observatory, s’est passionné pour leur restauration. Objectif : leur faire revoir les étoiles !

  • Des falaises glacées sur la planète Mars

    La sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) a observé de la glace sur Mars en huit endroits, sous forme de couches superposées à quelques mètres seulement sous la surface de la planète rouge.

  • L’étoile Bételgeuse tourne en 30 ans

    Les observations du réseau d’antennes millimétriques ALMA ont permis de calculer à quelle vitesse la supergéante rouge Bételgeuse boucle un tour sur elle-même.