Christophe Bonnal : « Il est impossible de prévoir où tombera la station chinoise »

La station chinoise retombe début 2018. Christophe Bonnal nous détaille comment. © Cnes/DR
La station spatiale Tiangong-1, dont la Chine a perdu le contrôle en 2016, dont plonger dans l'atmosphère dans la nuit du 1er au 2 avril. Selon Christophe Bonnal, expert senior à la direction des lanceurs du Cnes, il est impossible de savoir précisément où elle va tomber. [mise à jour du 01/4/2018].
 

Elle n’était plus visitée depuis des années, mais restait l’un des symboles de l’exploration humaine de l’espace par la Chine. Lancée le 29 septembre 2011 depuis le désert de Gobi, la première station spatiale chinoise Tiangong-1 (« Palais céleste ») avait reçu la visite de deux équipages en 2012 et 2013, dont celle de la première taïkonaute Liu Yang (vidéo de la mission Shenzou 9).

Depuis sa perte de contrôle en mars 2016, annoncée par Pékin en septembre de la même année, Tiangong-1 n’est cependant plus qu’un débris spatial un peu plus gros qu’un autre. Un engin de 10 mètres par 3 et de plus de 8 tonnes dont la chute est inévitable. À quoi donc doit-on s’attendre ? Éclaircissements de Christophe Bonnal, expert senior à la direction des lanceurs...
Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Jim Bridenstine devient (enfin) administrateur de la Nasa

    Le Sénat américain, par un vote serré intervenu le 19 avril 2018, a mis fin au plus long intérim à la tête de la Nasa. Jim Bridenstine, membre du Congrès pour le parti républicain, devient ainsi le treizième administrateur de l’agence spatiale américaine.

  • Matière noire : les physiciens passent à l’axion

    Lassés de plusieurs décennies de recherches vaines, certains physiciens délaissent les particules hypothétiques nommées « wimps » pour une autre forme possible de matière noire : les axions. Une expérience américaine vient d’atteindre la sensibilité requise pour les détecter.

  • TESS doit trouver des exoplanètes habitables autour d’étoiles proches

    Le télescope spatial TESS a rejoint l’espace le 19 avril 2018, depuis cap Canaveral à bord d’une fusée Falcon 9. Le nouveau chasseur d’exoplanètes de la Nasa poursuivra la mission de Kepler, bientôt hors-service, avec une approche différente.