Alerte aux aurores boréales !

Cela faisait 3 mois qu'il n'y avait plus eu d'éruption de classe X sur le Soleil. © NASA/SDO.

Deux éruptions violentes ont eu lieu sur le Soleil ; elles promettent de belles aurores boréales, peut-être visibles aux latitudes moyennes dans la nuit du 12 au 13 septembre 2014.

Une éruption classée X

Une première tempête géomagnétique mineure de classe G1 à G2 a eu lieu dans la nuit du 11 au 12 septembre 2014. Mais une seconde vague plus forte arrive dans la nuit du 12 au 13, et devrait produire une tempête de classe G3 qualifiée de forte sur une échelle qui va de G1 à G5.

Cette bouffée de particules électrisées est liée à une éruption de classe X1,6 survenue sur notre étoile le 10 septembre 2014. Cette classe d'évènement est la plus violente à la surface du Soleil.

Le phénomène a été enregistré par le satellite SDO, il est vu ci-dessous en accéléré :



Un zoom par SDO :

Ci-dessous, le même phénomène vu à plus grande échelle par le satellite Soho.

Surveillez l'horizon nord en première partie de nuit

La météo étant plutôt clémente sur la France, nous vous conseillons de surveiller l'horizon nord, en particulier si vous habitez dans le nord de la France. Les simulations du vent solaire montrent que les particules les plus rapides doivent arriver à hauteur de la Terre à partir de 17h, heure locale.

Les particules les plus rapides arrivent vers 19h et le flot diminue ensuite lentement le reste de la nuit. Il est donc conseillé de surveiller le ciel toute la nuit. C'est en milieu de nuit que la France se trouve en principe dans la position la plus propice par rapport à l'ovale auroral. Les aurores les plus fortes sont elles attendues en seconde partie de nuit, mais ces prévisions sont toujours à prendre avec des pincettes.

Des prévisions incertaines

Le comportement des tempêtes géomagnétiques est loin d'être une science exacte. Il est donc impossible d'affirmer qu'une aurore boréale sera visible depuis les latitudes moyennes de l'Hexagone. Mais il y a tout de même une chance non négligeable de pouvoir la détecter au moins en photo.

Le pronostic est de 45% de chances d'avoir le champ magnétique perturbé jusque sous nos latitudes. Des poses longues, dirigées vers l'horizon nord, montreront peut être une teinte rougeâtre. Dans un tel cas, on observe la partie haute de l'aurore qui se trouve quelque part à la hauteur du nord des îles Britanniques.

Si vous parvenez à faire une photo, n'hésitez pas à la faire parvenir à la rédaction de Ciel & Espace à l'adresse ouvertlanuit@cieletespace.fr. Elle aura une chance d'être publiée sur notre site internet ou dans le mensuel Ciel & Espace. Pour vous donner un maximum de chances, essayez de trouver un horizon nord sans pollution lumineuse, en consultant par exemple les cartes faites par l'association Avex.

D'autres sursauts possibles

Les zones très actives sur le Soleil ont souvent des soubresauts à répétition. La probabilité d'avoir une autre éruption de classe M le 12 septembre est de 85%. Et il y a une chance sur deux qu'une nouvelle éruption de classe X se produise. D'autres belles aurores sont donc sans doute possible dans les prochains jours.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 5€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Commentaires

Nous avons sélectionné pour vous

  • Rosetta va bientôt s’écraser sur sa comète

    La sonde européenne vit ses derniers moments en orbite autour de la comète Churyumov-Gerasimenko. Elle doit s’y écraser en douceur le 30 septembre 2016.

  • Le “Ciel & Espace” de septembre est en kiosque !

    Les missions lunaires du futur sont à la une de notre numéro de septembre-octobre 2016. Vous y découvrirez aussi beaucoup d’autres sujets passionnants !

  • Cette étoile a perdu 10 000 degrés en 15 ans !

    L’étoile SAO 24457 au centre de la nébuleuse de la Raie est un cas unique pour les astrophysiciens : ils l’ont vu se réchauffer de 40 000° pendant 30 ans avant qu’elle ne se mette à refroidir de 10 000°. Cette observation confirme une étape clef des théories d’évolution stellaire : le flash de l’hélium.