Alain Brillet et Thibault Damour lauréats de la médaille d'or du CNRS

Les physiciens Alain Brillet et Thibault Damour. © Maurizio Perciballi et Vergne/IHES
Le CNRS a attribué sa médaille d'or 2017 aux deux artisans de la détection des ondes gravitationnelles, ces vibrations de l’espace-temps prédites par Einstein il y a un siècle.

La plus haute distinction scientifique française est cette année attribuée aux physiciens Alain Brillet et Thibault Damour, deux artisans de la détection d'ondes gravitationnelles. Alain Brillet est l'un des pères de l'instrument européen Virgo. Thibault Damour a modélisé le signal qu'émettrait une onde gravitationnelle émise par la fusion de deux trous noirs.

Prédites par Albert Einstein dès 1916, les ondes gravitationnelles, ces infimes ondulations de l'espace-temps sont détectées pour la première fois le 14 septembre 2015  : les deux détecteurs de l'instrument Ligo observent un signal correspondant à la fusion de deux trous noirs situés à plus d'un milliard d'années-lumière.

Après plusieurs mois d'analyses par les scientifiques de la collaboration Ligo et leurs collègues de la collaboration Virgo, son pendant européen, la détection historique est annoncée le 11 février 2016.

En attribuant cette année deux médailles d'or, le CNRS « salue l'excellence théorique et instrumentale qui a permis cette détection directe ».

Pour plus d'informations sur la détection des ondes gravitationnelles, et le nouveau champ de la physique qui s'ouvre avec elles, lisez notre interview de Thibault Damour, dans le numéro de Ciel & Espace n°555 de septembre-octobre 2017, disponible en kiosque et sur notre boutique numérique.

Recevez Ciel & Espace pour moins de 6€/mois

Et beaucoup d'autres avantages avec l'offre numérique.

Voir les offres

Nous avons sélectionné pour vous

  • Xavier Pasco : « La Nasa ne sait plus pourquoi elle est là »

    À l’heure où la Maison-Blanche vient de publier sa proposition de budget 2019 pour la Nasa, l’agence spatiale américaine subit une crise plus profonde, existentielle. C’est l’analyse de Xavier Pasco, spécialiste des questions spatiales à la Fondation pour la recherche stratégique.

  • La galaxie d’Andromède est née d’une collision

    La galaxie M31, voisine de notre Voie lactée, serait beaucoup plus jeune que prévu. Et elle résulterait de la fusion de deux galaxies. C’est la découverte réalisée par une équipe franco-chinoise de l’observatoire de Paris.

  • Comment les trous noirs dirigent la vie des galaxies

    Le taux de formation stellaire d’une galaxie dépend de la taille de son trou noir central, d’après une étude parue dans la revue “Nature” en janvier 2018. Chez les grandes galaxies, plus le trou noir est massif, plus la création d’étoiles est efficace, mais brève…